Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 juin 2010 7 06 /06 /juin /2010 17:13

capitalisme.jpgLe Bilderberg 2010 se tient en ce moment en Espagne. La liste des participants n'est pas encore certaine, et comme d'habitude personne ne peut approcher de la réunion qui pourtant, disent les fans du Bilderberg, n'est qu'informelle. D'ailleurs, les participants, bien qu'ils occupent tous d'importantes fonctions politiques, bancaires ou industrielles, sont là à titre privé. On va les croire.

 


Pour l'instant on sait peu de choses sur le programme de cette réunion. Le 1er ministre espagnol, Zapatero, s'y est rendu pour tergiverser sur la crise. Parmi les autres participants espagnols il y a la reine Sofia (grande habituée) et José Luis Cebrian le patron des éditions Prisa, autre habitué.

Il paraitrait que Bill Gates viendrait quant à lui y parler d'énergie et de lutte contre la pauvreté, mais ce serait bien la première fois que la pauvreté serait abordée lors de ces réunions.


D'après un journaliste généralement bien informé, Daniel Estulin, les sujets de discussion seront la fin de l'euro, la manière dont l'Europe sortirait de la crise, les institutions de l'économie mondiale, mais aussi l'Afghanistan et comment en finir tout en gardant la main sur l'opium, la stratégie Russie-Iran, l'avenir du dollar, celui du Japon. Tous ces sujets sont d'actualité et correspondent aux préoccupations habituelles du Bilderberg.

 

La sécurité est maximale: la guardia civile (gendarmerie) et 350 agents de police ont créé un énorme périmètre de sécurité autour de l'hôtel où se tient la réunion, l'hôtel Dolce à Stiges, une station balnéaire très classe. Il semble que la mobilisationd autant de policiers agace les autorités locales, qui manquent d'effectifs particulièrement le week-end.


Les travailleurs de ladite station, ainsi que les voisins, ont tous reçu une accréditation pour pouvoir rentrer 16-07-09-steve-bell-blair-eu-president.jpgchez eux, avec instruction de limiter leurs mouvements. Le coût total de la sécurité s'élèverait à 600.000€, à charge des contribuables espagnols qui n'en demandaient pas tant pour une réunion "informelle". Et cela semble peu si l'on considère que la mobilisation durant 24 heures de 900 militaires de l'OTAN contre une manifestation pacifiste n'aurait coûté que 150.000€, hélicos compris.

Repost 0
5 avril 2010 1 05 /04 /avril /2010 11:57

Comme tous les ans, la réunion du Bilderberg se tiendra dans le plus grand secret. On ignore encore le lieu, mais la liste des participants semble avoir déjà filtré, et des journalistes habituellement bien informés viennent de la publier. La voici, j'ai mis en gras les Français.

 

David George – Chairman of Coca-Cola Bottling Company Hellenic Division, will be joined by Coco-Cola CEO and President Muthar Kent

Donald E. Graham - Chairman and CEO of the Washington Post (I guarantee you won’t see a story about this meeting in  his paper)

Klaus Kleinfield – Chairman and CEO of Alcoa (Aluminum)

Perennial attendees David Rockefeller and Paul Wolfowitz will be there as well.  The full list below, is borrow from www.somethingmustbreak.com

BEL Davignon, Etienne F. Honorary Chairman, Bilderberg Meetings; Vice Chairman, Suez Tractebel
DEU Ackermann, Josef Chairman of the Management Board and the Group Executive Committee, Deutsche Bank AG
USA Alexander, Keith B. Director, National Security Agency
GRC Alogoskoufis, George Member of Parliament (et actuellement ministre des Finances)
USA Altman, Roger C. Chairman and CEO, Evercore Partners, Inc.
GRC Arapoglou, Takis Chairman and CEO, National Bank of Greece
TUR Babacan, Ali Minister of State and Deputy Prime Minister
GRC Bakoyannis, Dora Minister of Foreign Affairs
NOR Baksaas, Jon Fredrik President and CEO, Telenor Group
PRT Balsemão, Francisco Pinto Chairman and CEO, IMPRESA, S.G.P.S.; Former Prime Minister
FRA Baverez, Nicolas Partner, Gibson, Dunn & Crutcher LLP
ITA Bernabè, Franco CEO Telecom Italia SpA
SWE Bildt, Carl Minister of Foreign Affairs
SWE Björklund, Jan Minister for Education; Leader of the Lìberal Party
CHE Blocher, Christoph Former Swiss Counselor; Former Chairman and CEO, EMS Group
FRA Bompard, Alexandre CEO, Europe 1
USA Boot, Max Jeane J. Kirkpatrick Senior Fellow for National Security Studies, Council on Foreign Relations
AUT Bronner, Oscar Publisher and Editor, Der Standard
FRA Castries, Henri de Chairman of the Management Board and CEO, AXA
ESP Cebrián, Juan Luis CEO, Grupo PRISA
BEL Coene, Luc Vice Governor, National Bank of Belgium
USA Collins, Timothy C. Senior Managing Director and CEO, Ripplewood Holdings, LLC
GRC David, George A. Chairman, Coca-Cola Hellenic Bottling Co. (H.B.C.) S.A.
GRC Diamantopoulou, Anna Member of Parliament
ITA Draghi, Mario Governor, Banca d’Italia
USA Eberstadt, Nicholas N. Henry Wendt Scholar in Political Economy, American Enterprise Institute for Public Policy Research
DNK Eldrup, Anders President, DONG Energy A/S
ITA Elkann, John Chairman, EXOR S.p.A.; Vice Chairman, Fiat S.p.A.
DEU Enders, Thomas CEO, Airbus SAS
ESP Entrecanales, José Manuel Chairman, Acciona
AUT Faymann, Werner Federal Chancellor
USA Ferguson, Niall Laurence A. Tisch Professor of History, Harvard University
IRL Gleeson, Dermot Chairman, AIB Group
USA Graham, Donald E. Chairman and CEO, The Washington Post Company
NLD Halberstadt, Victor Professor of Economics, Leiden University; Former Honorary Secretary General of Bilderberg Meetings
NLD Hirsch Ballin, Ernst M.H. Minister of Justice
USA Holbrooke, Richard C. US Special Representative for Afghanistan and Pakistan
NLD Hommen, Jan H.M. Chairman, ING N.V.
INT Hoop Scheffer, Jaap G. de Secretary General, NATO
USA Johnson, James A. Vice Chairman, Perseus, LLC
USA Jordan, Jr., Vernon E. Senior Managing Director, Lazard Frères & Co. LLC
FIN Katainen, Jyrki Minister of Finance
USA Keane, John M. Senior Partner, SCP Partners; General, US Army, Retired
USA Kent, Muhtar President and CEO, The Coca-Cola Company
GBR Kerr, John Member, House of Lords; Deputy Chairman, Royal Dutch Shell plc
DEU Klaeden, Eckart von Foreign Policy Spokesman, CDU/CSU
USA Kleinfeld, Klaus President and CEO, Alcoa Inc.
TUR Koç, Mustafa V. Chairman, Koç Holding A.S.
DEU Koch, Roland Prime Minister of Hessen
TUR Kohen, Sami Senior Foreign Affairs Columnist, Milliyet
USA Kravis, Henry R. Senior Fellow, Hudson Institute, Inc.
INT Kroes, Neelie Commissioner, European Commission
GRC Kyriacopoulos, Ulysses Chairman and Board member of subsidiary companies of the S&B Group
FRA Lagarde, Christine Minister for the Economy, Industry and Employment
INT Lamy, Pascal Director General, World Trade Organization
PRT Leite, Manuela Ferreira Leader, PSD
ESP León Gross, Bernardino General Director of the Presidency of the Spanish Government
DEU Löscher, Peter CEO, Siemens AG
GBR Mandelson, Peter Secretary of State for Business, Enterprise & Regulatory Reform
INT Maystadt, Philippe President, European Investment Bank
CAN McKenna, Frank Former Ambassador to the US
GBR Micklethwait, John Editor-in-Chief, The Economist
FRA Montbrial, Thierry de President, French Institute for International Relations
ITA Monti, Mario President, Universita Commerciale Luigi Bocconi
ESP Moratinos Cuyaubé, Miguel A. Minister of Foreign Affairs
USA Mundie, Craig J. Chief Research and Strategy Officer, Microsoft Corporation
CAN Munroe-Blum, Heather Principal and Vice Chancellor, McGill University
NOR Myklebust, Egil Former Chairman of the Board of Directors SAS, Norsk Hydro ASA
DEU Nass, Matthias Deputy Editor, Die Zeit
NLD Beatrix, H.M. the Queen of the Netherlands  
ESP Nin Génova, Juan Maria President and CEO, La Caixa
FRA Olivennes, Denis CEO and Editor in Chief, Le Nouvel Observateur
FIN Ollila, Jorma Chairman, Royal Dutch Shell plc
GBR Osborne, George Shadow Chancellor of the Exchequer
FRA Oudéa, Frédéric CEO, Société Générale
ITA Padoa-Schioppa, Tommaso Former Minister of Finance; President of Notre Europe
GRC Papahelas, Alexis Journalist, Kathimerini
GRC Papalexopoulos, Dimitris Managing Director, Titan Cement Co. S.A.
GRC Papathanasiou, Yannis Minister of Economy and Finance
USA Perle, Richard N. Resident Fellow, American Enterprise Institute for Public Policy Research
BEL Philippe, H.R.H. Prince Prince of Belgium
PRT Pinho, Manuel Minister of Economy and Innovation
INT Pisani-Ferry, Jean Director, Bruegel
CAN Prichard, J. Robert S. President and CEO, Metrolinx
ITA Prodi, Romano Chairman, Foundation for Worldwide Cooperation
FIN Rajalahti, Hanna Managing Editor, Talouselämä
CAN Reisman, Heather M. Chair and CEO, Indigo Books & Music Inc.
NOR Reiten, Eivind President and CEO, Norsk Hydro ASA
CHE Ringier, Michael Chairman, Ringier AG
USA Rockefeller, David Former Chairman, Chase Manhattan Bank
USA Rubin, Barnett R. Director of Studies and Senior Fellow, Center for International Cooperation, New York University
TUR Sabanci Dinçer, Suzan Chairman, Akbank
CAN Samarasekera, Indira V. President and Vice-Chancellor, University of Alberta
AUT Scholten, Rudolf Member of the Board of Executive Directors, Oesterreichische Kontrollbank AG
USA Sheeran, Josette Executive Director, UN World Food Programme
ITA Siniscalco, Domenico Vice Chairman, Morgan Stanley International
ESP Solbes, Pedro Vice-President of Spanish Government; Minister of Economy and Finance
ESP Sophia, H.M. the Queen of Spain  
USA Steinberg, James B. Deputy Secretary of State
INT Stigson, Bjorn President, World Business Council for Sustainable Development
GRC Stournaras, Yannis Research Director, Foundation for Economic and Industrial Research (IOBE)
IRL Sutherland, Peter D. Chairman, BP plc and Chairman, Goldman Sachs International
INT Tanaka, Nobuo Executive Director, IEA
GBR Taylor, J. Martin Chairman, Syngenta International AG
USA Thiel, Peter A. President, Clarium Capital Management, LLC
DNK Thorning-Schmidt, Helle Leader ofThe Social Democratic Party
DNK Thune Andersen, Thomas Partner and CEO, Maersk Oil
AUT Treichl, Andreas Chairman and CEO, Erste Group Bank AG
INT Trichet, Jean-Claude President, European Central Bank
GRC Tsoukalis, Loukas President of the Hellenic Foundation for European and Foreign Policy (ELlAMEP)
TUR Ugur, Agah CEO, Borusan Holding
FIN Vanhanen, Matti Prime Minister
CHE Vasella, Daniel L. Chairman and CEO, Novartis AG
NLD Veer, Jeroen van der Chief Executive, Royal Dutch Shell plc
USA Volcker, Paul A. Chairman, Economic Recovery Advisory Board
SWE Wallenberg, Jacob Chairman, Investor AB
SWE Wallenberg, Marcus Chairman, SEB
NLD Wellink, Nout President, De Nederlandsche Bank
NLD Wijers, Hans Chairman, AkzoNobel NV
GBR Wolf, Martin H. Associate Editor & Chief Economics Commentator, The Financial Times
USA Wolfensohn, James D. Chairman, Wolfensohn & Company, LLC
USA Wolfowitz, Paul Visiting Scholar, American Enterprise Institute for Public Policy Research
INT Zoellick, Robert B. President, The World Bank Group
GBR Bredow, Vendeline von Business Correspondent, The Economist (Rapporteur)
GBR McBride, Edward Business Editor, The Economist (Rapporteur)

 

dfce7dd0aa85b2c8fd51fa656f332852.jpg

Repost 0
12 février 2010 5 12 /02 /février /2010 12:52
resistancia_gascon.gifLes Etats-Unis continuent avec leur délire de complot gauchiste. Désormais, il est question d'infiltrer les mouvements qui sont évidemment qualifiés d' "éxtrémistes" car à l'origine des "théories du complot" nuisibles pour la politique gouvernementale.


C'est un dénommé Cass Sunstein qui l'a dit il y a déjà plus d'un an, dans un article sobrement intitulé "Théories du complot: causes et remèdes". Sunstein est prof de droit à Harvard, mais aussi directeur de l'Office of Information and Regulatory Affairs. Ledit office, d'après le site de la Maison Blanche, est chargé notamment de "superviser les politiques liées à la vie privée, la qualité de l'information et les programmes statistiques".

Sunstein estime que le gouvernement devrait infiltrer les forums de discussion ainsi que des réseaux sociaux qui portent sur les évènements bizarres qui se produisent, et dans lesquels les gens se posent des questions.
Mais il n'oublie le terrain, en réclamant aussi l'infiltration des groupes alternatifs et contestataires de gauche. Puisque bien sûr l'extrême droite n'est pas visée.
Le but de la maneouvre? "Les miner" en "semant le doute". Traduction: saper la crédibilité des infos en répandant des infos bidons mais crédibles.

On a déjà vu par le passé comment les RG ou autres parviennent à infiltrer des groupes de gauche soit en retournant des gens bien placés dans le réseau, soit en s'infiltrant dès la base. Ainsi on peut orienter les choix du groupe en matière d'actions notamment, et les pouser dans un extrémsime qu'il est facile de discréditer ensuite. Les trotskystes, la Gauche Prolétarienne, les Brigades Rouges italiennes pilotées par la mafia et la CIA etc. nous le rappellent.

Pour Sustein, l'extistence de "théories domestiques" de la conspiration crée un "risque pour les politiques antiterroristes du gouvernement". Du coup, il prône "l'inflitration cognitive des groupes extrémistes". On notera que le terme "extrémsites" est fort pratique puisqu'il peut recouvrir à peu près tous ceux qui ont l'air de contester l'action du gouvernement.

Repost 0
27 janvier 2010 3 27 /01 /janvier /2010 19:06
Le tremblement de terre à Haïti, d'après certains, n'est pas naturel. Même si on est obligé de rester sceptique face à cette déclaration, elle mérite d'être analysée.


C'est le Réseau Voltaire qui a jeté le pavé dans la mare, après que Chavez ait posé des interrogations publiquement, ainsi que l'armée Russe, au sujet de ce tremblement de terre.
On sait que les Etats-unis sont équipés du système HAARP, qui envoie des ondes à différentes fréquences dans la ionosphère et qui est destiné à modifier le climat à des fins géostratégiques. Même le Parlement européen s'est inquiété de ce système, qui consiste à envoyer des ondes à forte puissance dans l'atmosphère.

Lors du tremblement de terre au Sichuan, en 2008, des gens ont filmé d'étranges lumières dans le ciel, comme des aurores boréales localisées. Or, ce type de lumière est caractéristique de perturbations dans la ionosphère.


30 mins before the 2008 Sichuan earthquake in China

Apparemment, des tremblements de terre à 10 kilomètres de profondeur sont également un signe que le système HAARP pourrait en être à l'origine.
Celui d'Haïti a pris à 10 km sous terre (et la plus grosse réplique une semaine après aussi), étrangement celui du Sichuan aussi, un autre en Turquie en 1999 également, un autre au Panama en octobre 2009, un au Mexique en août 2009 aussi, et le 20 janvier un séisme de magnitude 5,4 au Venezuela avait aussi une profondeur de 10 km... Mais d'autres sont à 7 km, 25 km (Sumatra), 13 km (Kobé), 5 km (Italie), 6 km (Salvador).

Immédiatement après le séisme, 10.000 puis 13.000, désormais 20.000 soldats US étaient sur place. Précisons quand-même que Haïti est juste à côté de Cuba.

Il semble que les Russes savent faire des tremblements de terre, et qu'ils l'auraient testé au Kirghizistan. Pour le faire, ils utilisent un système similaire à HAARP (mais moins puissant) qui envoie des ondes électromagnétiques dans l'atmosphère. Elles reviennent ensuite sur terre et créent ces tremblements de terre, mais d'après certains ça ne peut pas se faire à plus de 150 km de distance. Il suffirait d'envoyer de manière continue des ondes pendant 5 jours à une intensité et une amplitude précises, et un tremblement de terre survient le long d'une faille proche.

Ca fait longtemps qu'on parle de guerre climatique. L'ONU a même pondu un traité pour l'interdire. les Etats-Unis auraient testé les ouragans dans les années 60 et 70.

sur la création des tremblements de terre, dès les années 40:



Repost 0
19 janvier 2010 2 19 /01 /janvier /2010 20:08
dyn010_original_400_400_jpeg_2626972_2aab77ee940ef0618966dd.jpgCa y est, la fin d'Internet est en marche. Du moins, la fin de l'expression libre. En effet, Sylvio Berlusconi vient de jeter son pavé dans la mare: imposer un contrôle préalable à la publication des vidéos sur le net. Et l'autorisation, je vous le donne en mille, c'est l'Etat qui va la donner.


Parmi ceux qui suivent l'évolution du Nouvel Ordre Mondial, beaucoup savent qu'Internet vit ses dernières années de liberté. On sait qu'il est possible de contrôler les contenus via des logiciels, mais la bonne vieille censure d'Etat risque elle aussi de revenir à la mode.

Berlu l'a rêvé, mais la Chine l'a déjà fait: en janvier 2008, le gouvernement a imposé l'obtention d'une autorisation de sa part pour pouvoir publier une vidéo sur Internet. Car évidemment, il faut que tout soit conforme au "code moral du socialisme" et seuls les sites avalisés par ledit gouvernement pouvaient publier des vidéos.

Le gouvernement de Berlusconi a donc décidé de les copier, et a sorti un décret (précisons qu'un décret, à la différence d'une loi, n'est pas voté au Parlement, et relève de la seule décision de l'exécutif)  en décembre, visant à imposer l'obtention d'une licence octroyée par le pendant italien du CSA. Outre l'avantage considérable de permettre une censure de l'information (essentiellement alternative), cette idée géniale a le grand mérite d'éliminer une certaines concurrence à l'empire média de Berlusconi, Mediaset.

Les sites comme Youtube (avec qui mediaset est en conflit pour une question de droits d'auteur) ou Dailymotion sont concernés, mais les sites des médias en ligne aussi, au risque de se voir infliger une amende de 150.000€. Un détail: Berlusconi justifie ce décret en disant qu'il ne fait que transposer une directive européenne (directive 2007/65/CE) valable pour tous les pays de l'UE.

Repost 0
8 janvier 2010 5 08 /01 /janvier /2010 12:40

Rapidement, un zoom sur un phénomène nouveau: la privatisation de quartier entiers des grandes villes anlgaises, avec comme corollaire l'application dans cet espace privé de règlements drastiques (pas le droit de pique niquer, pas le droit de manifester, pas le droit de prendre de photos...)

Alors que le phénomène se développe depuis quelques années, personne ne semble choqué, et les autorités sont très fans de ce système.
C'est le Guardian qui en parle: afin de mener la "rénovation urbaine", les autorités locales aussi endettées que l'Etat et les anglais eux-mêmes ne jurent plus que par le système de la privatisation. Un journaliste du quotidien, Paul Lewis, a pu constater l'accueil dans ces zones privées: il a été interpellé et fouillé par la police (via recours à une loi antiterroriste) car il avait fait des photos d'un immeuble connu baptisé le "Cornichon", ce qui était interdit.

Ainsi, à Liverpool, un quartier dernier cri situé en plein centre ville, dénommé "Liverpool One", couvre 34 rues. Toute cette zone appartient pour 250 ans à Grosvenor, la société immobilière du Duc de Westminster. Car on peut aussi louer les centre ville. En fait, Grosvenor est intervenue pour un chantier de reconstruction du centre ville, qui en avait certes bien besoin, pile au moment où Liverpool était capitale européenne de la culture, en 2008. Total: 1 milliard de livres. 

Une grande partie du chantier des futurs Jeux Olylmpiques, par exemple, qui s'étale sur 85 hectares à Stratford City près de Londres, appartient à la boîte qui va réaliser le chantier, Stratford City Developments Limited, qui a eu le feu vert en 2007. Au total, 465.000 mètres carrés de bureaux, 4.500 nouvelles maisons, 150.000 mètres carrés de verdure et 2.000 chambres d'hôtel (cf. images du projet).

En Belgique, des boîtes privées "louent" les emplacements de parking aux communes, qui reçoient donc une rente annuelle. Mais la boîte aussi, puisque c'est elle qui verbalise les véhicules en infraction de stationnement et qui empoche les sous, contre un forfait annuel.

Et l'article de rappeler qu'au XIXème siècle, ce sont des mouvements populaires qui ont réussi à faire passer les centre ville de l'espace privé à l'espace public.
Accessoirement, s'il n'y a plus ces espaces publics d'échange, de vie sociale commune (manifestations, concerts, zone de passage et de flânerie etc.), où la vie citoyenne trouvera-t-elle sa place?

1393360009 ce05f5f577


Exterior-20New-20Version-20pop-20up.jpg
Repost 0
5 janvier 2010 2 05 /01 /janvier /2010 13:59
Voici une vidéo dans laquelle John Perkins, qui a travaillé pour la NSA (National Security Agency) US dans sa jeunesse, raconte ce qu'était son travail de "tueur à gage économique".

Il explique la stratégie américaine qui consiste à endetter les pays pour les enchaîner à un ultra libéralisme qui ne profite qu'aux firmes US, et comment, si les chefs d'Etat refusent, Washington envoyait des assassins pour les liquider.

On le savait, l'Amérique Latine a connu des renversements de pouvoir "étranges", tout comme l'Iran un peu plus tôt. Là, Perkins explique ce qui s'est passé.




Accessoirement, la crise conjuguée aux politiques libérales imposées par l'Europe et pas les institutions internationales font que la situation chez nous est quasi similaire, sauf que chez nous, les dirigeants étaient contents de creuser un déficit totalement improductif (car le déficit pourrait aussi servir à financer l'emploi ou des mesures sociales, mais bref.)
Repost 0
26 décembre 2009 6 26 /12 /décembre /2009 02:01
571909024.jpgSans vouloir entrer dans la parano anti vaccins, je tiens à signaler un article fort intéressant qu'on m'a communiqué. Il semble qu'à Boston, les autorités sanitaires envisagent de doter la population d'une carte de vaccination avec une puce, pour savoir qui a été vacciné et qui ne l'a pas été. Sauf que l'info date de 2008, six mois avant la grippe H1N1.


En novembre 2008, un test avec quelques centaines de volontaires a été réalisé pendant l'épidémie de grippe saisonnière, qui tue environ 36.000 personne chaque année aux Etats-Unis. En fait, chacun avait un bracelet au bras, avec la puce dedans. Comme ça, on savait si la personne avait été vaccinée, quand et dans quel centre.

Plutôt prémonitoire, l'article précise que "Des spécialistes en maladie infectieuse de Boston et d’ailleurs prédisent que l'approche d'enregistrer tout le monde, pourrait s'avérer bien plus utile si quelque chose de plus sinistres frappait : une attaque bio-terrorisme ou l'arrivée longtemps crainte d'une épidémie globale de grippe. Dans de telles crises, le registre pourrait être employé pour dépister qui a reçu un vaccin ou un antidote particulier à un germe mortel".
Repost 0
7 décembre 2009 1 07 /12 /décembre /2009 01:04
Je poste ici une vidéo, dans laquelle un ancien agent du contre espionnage, Pierre Faillant de Villemarest, explique ce qu'il sait de ces groupes qui poussent depuis des années à ce "gouvernement mondial". Il explique aussi comment il en est venu à se poser des questions, à force de constater que depuis un siècle, on nous tient le même discours fédéraliste et mondialiste, des Etats-Unis à l'Europe. Et puis, il évoque le Bilderberg.
Mais, lui est optimiste: il pense qu'ils n'y arriveront pas.





Repost 0
15 novembre 2009 7 15 /11 /novembre /2009 12:56

Une brève, pour signaler que les Pays Bas vont instaurer une taxe carbone au kilomètre parcouru. Alors le coup des préoccupations écologiques qui finissent en taxe sur l'ensemble des contribuables, on connaît même si c'est un peu facile. Là, la nouveauté est que pour taxer le contribuable, il faudra le suivre à la trace.

Dès 2012, l'ensemble des automobilistes hollandais devra s'acquiter d'une taxe carbone calculée en fonction des kilomètres parcourus. La taxe démarrera à 3 centimes d'euro par kilomètre pour augmenter progressivement jusqu'à 6,7 centimes en 2018. Et suivant la taille du véhicule et sa consommation, ce srea plus ou moins cher.
Tout cela devrait permettre de diminuer le trafic de 15% et les rejets de CO2 de 10%...

Soit. Mais, là où on sent bien la dérive vers Big Brother, c'est quand le gouvernement hollandais explique qu'il compte équiper tous les véhicules d'un "GPS de contrôle". Celui-ci pourra ainsi enregistrer le nombre de kilomètres parcourus par le véhicule, ce qui est logique, mais aussi le lieu exact où il se trouve, et à quelle heure. La totalité des trajets effectués seront donc intégrés dans une base de données, et sera centralisée dans un bureau qui enverra la facture aux automobilistes. Et on n'oublie personne: les véhicules étrangers auront droit à un système similaire, et auront leur propre système de paiement.

De mauvaises langues estiment que cette taxe est aussi un formidable pied dans la porte qui ouvre l'ère d'un nouveau type de taxe, aléatoire et individualisée. Et même si on roule dans 10 ans avec des véhicules propres, il sera facile de maintenir ladite taxe...




Repost 0

Présentation

  • : 2 minutes de pause
  • 2 minutes de pause
  • : Suivi engagé de l'actualité par une journaliste énervée
  • Contact

Recherche

Liens