Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 décembre 2009 1 07 /12 /décembre /2009 01:04
Je poste ici une vidéo, dans laquelle un ancien agent du contre espionnage, Pierre Faillant de Villemarest, explique ce qu'il sait de ces groupes qui poussent depuis des années à ce "gouvernement mondial". Il explique aussi comment il en est venu à se poser des questions, à force de constater que depuis un siècle, on nous tient le même discours fédéraliste et mondialiste, des Etats-Unis à l'Europe. Et puis, il évoque le Bilderberg.
Mais, lui est optimiste: il pense qu'ils n'y arriveront pas.





Repost 0
6 décembre 2009 7 06 /12 /décembre /2009 17:02

Une fois n'est pas coutume, je reprends Le Monde, qui a eu la bonne idée d'interviewer un lobbyiste qui a travaillé pour les assurances privées avant de devenir l'un des pourfendeurs de ce système qui empoisonne la population. Il explique comment fonctionne l'influence des assureurs sant US sur le Congrès.

Des lobbies super actifs

Aux Etats-Unis, la première cause de faillite personnelle des ménages (50% des faillites personnelles sont dues aux soins de santé) est le coût des frais médicaux. La première puissance mondiale n'est en effet que 28è pour l'espérance de vie, 27è pour la mortalité infantile, et 37è pour le niveau de son système de santé. Tout va bien, donc.  
Wendell Potter, c'est le nom de ce lobbyiste, a travaillé pendant quatre ans pour Humana, puis pendant quinze ans pour Cigna, un lobbie de ces assurances qui collabore avec les autorités pour élaborer la législation les concernant. Ce lobbie est financé par les assureurs et a pignon sur rue à Washington. Il s'appuie, pour être discret, sur différents groupes et associations qui apparemment sont sans aucun lien avec Cigna.

Potter explique qu'il a commencé à se poser des questions sur son métier et sur les boîtes pour lesquelles il travaillait, lorsqu'il a vu en 2008 les files d'attente pour les soins gratuits, avec des gens qui dormaient dans leur voitures accompagnés de leurs enfants, pour avoir une chance de les faire soigner.

Une des méthodes de propagande de Cigna en faveur des assureurs de santé est la publication de sondages "indépendants" qui mettent sur la table un débat censé arranger les affaires des assureurs. Une autre est de financer les candidats aux différentes élections.
Par exemple, quand les assureurs ont compris qu'un président démocrate risquait d'être élu, ils ont financé les "démocrates" les plus libéraux et conservateurs, qui aujourd'hui bloquent totalement la réforme du système de santé US. Parmi leurs grands arguments, complètement surréalistes, il y a qu'une assurance publique constituerait une "concurrence déloyale", et qu'en plus ce serait plus cher que le système privé. Et si jamais un député financé par les assureurs ne vote pas ce qu'ils demandent, c'est simple: ils financent un concurrent aux élections suivantes.

Infiltrer le monde politique

L'assistante parlementaire du président de la commission des Finances du Sénat, Liz Fawler, était lobbyiste chez Wellpoint, le leader de l'assurance maladie US. Et le président en question, Max Baucus, est le lien essentiel entre le Congrès et les lobbyistes de la santé.

Il a mis en place un "Comité finances" où les lobbyistes liés à l'industrie de la santé et des assurances sont en bonne place. Et cinq des anciens proches  collaborateurs de Baucus travaillent au total pour 27 organisations impliquées dans la santé et les assurances comme Pharma, America’s Health Insurance Plans, Huumana  ou Amgen qui sont des leaders du secteur, mais aussi Wal Mart ou Procter & Gamble. En 2008, pour ses bons et loyaux services, Baucus a touché au moins 1,1 million de dollars de l'industrie de la santé, et 285.000$ des assureurs.Au cours de sa carrière, depuis 1989 il a pour l'instant touché au moins 2,8 millions de dollars du secteur de la santé et 1.170.000$ des assureurs.

Enfin, comme partout, la technique du tourniquet fonctionne à plein, et de nombreux élus et attachés parlementaires viennent ensuite travailler pour l'industrie à laquelle ils ont rendu tant de bons et loyaux services durant leur mandat.
Les lobbies de la santé ont ainsi contribué à hauteur de 167 milliards de dollars pour les campagnes des candidats au Congrès, et ont dépensé 484 millions de dollars en lobbying, uniquement en 2008.

Au final, le but est qu'un maximum de personnes paient une assurance privée, et que les peuvres employeurs n'aient plus à payer. Le hic: les assurances individuelles sont plus chères que celles payées en partie par les employeurs, elles remboursent moins bien, et en plus les assureurs se réservent le droit de rembourser ou non: il suffit d'avoir oublié de mentionner une angine quand on avait 3 ans sur le dossier médical pour voir son assurance annulée au moment d'entrer en salle d'opération.

Mais ne nous y trompons pas: c'est pareil chez nous, et grâce à sarko la sécu appartiendra bientôt au passé! Même si notre système de santé est assurméent une partie intégrante de notre identité nationale!
On a des cabinets de lobbying comme Nextep, spécialisé dans la santé, et qui propose à ses clients les prestations suivantes:

- mise en relation avec les acteurs majeurs du secteur de la santé issus des administrations, ministères, parlement français ou européen
- organisations de rencontres avec les leaders d’opinion : think tank, presse spécialisée, associations de patients...
- formulation de problématiques adaptées aux cibles d’influence
- analyse du positionnement et de l’image
- coaching et formation  
- coordination et animation de groupes de défense d’intérêt professionnel

Nextep a comme clients des fédérations pharmaceutiques, comme Pharma ou Agipharm, mais aussi de nombreux labos comme Abott, Astra Zeneca, Merck, Pfizer, Wyeth Pharmaceutical et bien d'autres (ainsi que, dans d'autres secteurs, Lafarge ou Holcim...

Et dans le staff du groupe, on retrouve des gens comme le Dr Gloriz Pahlavan, fondatrice et médecin des hôpitaux de Paris et de l'hôpital Claude Bernard, spécialisée dans le SIDA, mais surtout des juristes et des commerciaux.
Bref, pour conserver notre système de santé, il va falloir se battre.




Repost 0
Published by Ceri - dans Magouilles
commenter cet article
5 décembre 2009 6 05 /12 /décembre /2009 10:10

Retour sur la grippe H1N1, puisque la vaccination bat son plein. Pour faire flipper les gens, on organise même la rareté en ouvrant surtout à des heures limitées et en pleine journée. Mais, bref. Aujourd'hui, je reprends une information assez intéressante: ladite grippe serait d'origine humaine.


Les infos que j'avais déjà sur l'origine de ce virus et sa composition tendaient à montrer que le mélange de virus humains, porcins et aviaires qui le compose ne peut être fortuit.
Et puis, l'endroit d'où il serait parti pose question, ainsi que les épandages sur certaines villes comme en Ukraine récemment, ou encore les vaccins foireux qui sont trouvés un peu partout, devraient nous amener à nous poser quelques questions.

Cette fois-ci, c'est le docteur Adrian Gibbs, un scientifique australien, qui explique suite à une étude réalisée avec son équipe, que le virus H1N1 est composé de trois virus issus de continents différents.Et que la manipulation a fort probablement été menée dans un laboratoire.
En mai dernier, il avait déjà dit que ce virus venait d'un laboratoire. Il est composé d'au moins trois gènes de grippe différentes, apparues à des moments et des endroits différents:
 - H1N2, un virus de grippe porcine qu'on a repéré en Amérique du nord vers 1999-2000.
 - NA, virus aviaire proche du H1N1 qu'on a isolé en Europe en 1991-1993
 - MP, autre virus aviaire proche du H3N2 isolé en Asie en 1999-2000

C'est ce qui fait dire à Gibbs qu'un tel assemblage a fort peu de chances d'être réalisé par la nature. On sait que les oiseaux migrateurs peuvent répandre des virus, mais le fait qu'un virus de grippe porcine soit présent empêche de valider cette hypothèse. Pour le scientifique, l'explication la plus simple est donc que ce virus H1N1 a été réalisé "au cours de travaux de recherche. Il est également possible qu'il ait été généré durant la production de vaccins 'plurivalents'", explique le rapport. (Ces vaccins servent apparemment pour les porcs, surtout en Amérique du nord). D'autant que le H1N1 est parti des procs pour se transmettre tel quel aux hommes.

De plus, le rapport dit que "il y a des précédents clairs" pour de tels scénarios.  Et de rappeler que le virus de la "grippe espagnole" de 1918 est resté présent pendant 40 ans dans les virus de grippe avant de disparaître et de réapparaître aujourd'hui.
Ou le virus de la grippe asiatique de 1957, disparu pendant vingt ans et réapparu en 1977 avec les mêmes gênes. Le scientifique pense que ce virus a été conservé dans le froid pendant des années avant de s'échapper d'un labo.

Gibbs est hélas un scientifique sérieux, avec 250 publications réparties sur près de 40 ans de carrière. On en peut pas remettre enq estion le sérieux de l'étude qu'il a menée, ni ses conclusions.

Affaire à suivre, donc, malgré le blocage total de l'OMS, notamment, qui refuse d'netendre l'éventualité d'une conception artificielle du virus H1N1.


Repost 0
Published by Ceri - dans Magouilles
commenter cet article
2 décembre 2009 3 02 /12 /décembre /2009 17:33
Je reviens un peu sur le vaccin "anti" H1N1: un des ces vaccins, d'après un microbiologiqte israélien et américain vivant aux Etats Unis (et travaillant avec le Mossad), concu par les laboratoires Baxter, serait une arme biologique. Le scientifique a même contacté la maison Blanche à ce sujet, avant de se faire arrêter.


Joseph Moshe, c'est son nom, l'aurait même dit publiquement dans une émission de TV: pour lui, le vaccin H1N1 est une arme biologique, créée de toutes pièces dans des laboratoires de Baxter situés en Ukraine. Car, dit-il, un adjuvant qui entre dans sa composition attaque le système immunitaire et est une copie du virus H5N1 de la grippe dite espagnole de 1918 (qui a en fait été créée dans un labo de l'armée US).
Moshe a ensuite été arrêté cet été sous l'oeil des caméras, accusé par les Etats Unis d'être un terroriste, puis envoyé dans un hôpital psychiatrique en Californie et depuis, c'est le silence radio.

Apparemment, un labo tchèque a testé le vaccin de Baxter en question, et tous les témoins sont morts. Du coup, on s 'est aperçu que tout un tas de vaccins made in Ukraine étaient "contaminés" et l'OMS a dit de les enlever du circuit. Mais sur les 18 pays qui 'lavaient commandé, seul un l'a testé: la République tchèque, qui a donc refusé ledit vaccin.

Il y a eu des plaintes, puis refus de Baxter d'expliquer comment le H5N1 s'est retrouvé dans les vaccins au motif du "secret commercial", puis le labo a dit qu'il s'agissait d'une "erreur".
Au même moment, en Ukraine, une variante plus mortelle du virus apparaît (après que des avions soient passés au-desus de certaines villes pour répandre on ne sait quioi), et pouf, le pays s'est mis à réclamer la vaccination dès octobre.

Etrangement, on 'nen a pas beaucoup parlé, dans les médias.

Repost 0
Published by Ceri - dans Magouilles
commenter cet article
2 décembre 2009 3 02 /12 /décembre /2009 11:58
Le 1er décembre, le traité de Lisbonne, alias "constitution européenne", est entré en vigueur. C'est ce traité que la France, la Hollande et l'Irlande aveint rejeté avant de finalement se le faire imposer par un Parlement complètement à la masse.

Van Rompuy l'a dit dans son premier discours: le débat est clos: "Le débat institutionnel est clos pour une longue période. Je souhaite faire fonctionner ce cadre et ces règles librement choisies par tous nos gouvernements". On a aussi une toute nouvelle commission européenne. Enfin, presque, c'est toujours Barroso qui tient les rênes.

Il a déclaré que grâce à ce traité, "la mise au point d'une stratégie de sortie en douceur de la crise économique et financière ". En douceur est à traduire par: en ne changeant surtout rien au système actuel, en ne remettant surtout pas en cause ce qu'est devenue la spéculation, ni rien d'ailleurs.   

Et on a donc aussi un président de l'Europe, Van Rompuy, et une ministre des affaires étrangères, Ashton.
Désormais, écrit L'Express, "Pour les partisans de Lisbonne, le traité prépare le terrain à une plus grande "visibilité" de l'UE dans le nouvel ordre mondial lié à l'ascension de puissances émergentes comme la Chine dans le contexte de la crise économique internationale".  

Car, c'est bien l'impression que ça donne: le décor est en place pour ce nouvel ordre mondial qui sent mauvais, qui est mené par des "élites" politiques et économiques internationales pour leur plus grand profit.

On n'en a pas parlé, alors rappelons un peu ce qu'il a dans ce traité de Lisbonne, censé amener "plus de démocratie" etc. que l'on a carrément célébré sous les feux d'artifice. Où l'on s'aperçoit que de démocratie, il est très peu question.

             - stabilité des prix, c'est-à-dire maîtrise de l'inflation, c'est-à-dire comrpession des salaires, dans leur jargon.
             -
"économie sociale de marché hautement compétitive, qui tend au plein emploi et au progrès social". Qui "tend" au progrès social, mais bon si on n'y arrive pas c'est pas grave. Par contre, l'économie de marché, elle, est garantie.
             - les "droits fondamentaux", dans la hiérarchie des normes, sont relégués au grade de "principes fondamentaux", c'est-à-dire des principes vagues et flous dont la mise en oeuvre n'est absolument pas garantie. En outre, en droit c'est toujours le texte le plus précis qui l'emporte sur le plus flou. Or, tous les articles garantissant la "concurrence libre et non fausssée" sont, eux, très précis.
             - quant à la démocratie: "Un acte législatif de l’Union ne peut être adopté que sur proposition de la Commission, sauf dans les cas où les traités en disposent autrement. Les autres actes sont adoptés sur proposition de la Commission lorsque les traités le prévoient. "
             - en matière de politique étrangère: "La compétence de l’Union en matière de politique étrangère et de sécurité commune couvre tous les domaines de la politique étrangère ainsi que l’ensemble des questions relatives à la sécurité de l’Union, y compris la définition progressive d’une politique de défense commune qui peut conduire à une défense commune. "
              - "Les Etats membres coordonnent leur action au sein des organisations internationales et lors des conférences internationales. Ils défendent dans ces enceintes les positions de l’union. Le haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité assure l’organisation de cette coordination."
               - militarisation obligatoire: "Les Etats membres s’engagent à améliorer progressivement leurs capacités militaires."
                - "Au cas où un Etat membre serait l’objet d’une agression armée sur son territoire, les autres Etats membres lui doivent aide et assistance par tous les moyens en leur pouvoir, conformément à l’article 51 de la charte des Nations unies. "
                 - libéralisation des "monopoles nationaux" qui sont en général des services publics, ouverts à la concurrence et avec interdiction pour l'Etat de les financer: "Les Etats membres aménagent les monopoles nationaux présentant un caractère commercial, de telle façon que soit assurée, dans les conditions d’approvisionnement et de débouchés, l’exclusion de toute discrimination entre les ressortissants des Etats membres. "
                  - application de fait de la directive Bolkestein, qui permet aux plombiers polonais de venir travailler en france avec un salaire et des conditions sociales polonais: "le prestataire peut, pour l’exécution de sa prestation, exercer, à titre temporaire, son activité dans l’Etat membre où la prestation est fournie, dans les mêmes conditions que celles que cet Etat impose à ses propres ressortissants". Peut = il n'est pas obligé, et la norme reste d'appliquer les normes du pays d'origine de l'entrepprise, ce qui permet un dumping social et fiscal.
                 - un de mes préférés: l'article 53 du titre 3 de la partie II, qui précise que les Etats doivent libéraliser les services (c'est-à-dire à peu près tous les domaines d'activité) au-delà de ce que prescrit le traité. Dans le texte ça donne: "Les Etats membres s’efforcent de procéder à la libéralisation des services au-delà de la mesure qui est obligatoire en vertu des directives arrêtées en application de l’article 52 , paragraphe 1, si leur situation économique générale et la situation du secteur intéressé le leur permettent. La Commission adresse aux Etats membres intéressés des recommandations à cet effet. "
               - mais aussi: "Dans le cadre des dispositions du présent chapitre, toutes les restrictions aux mouvements de capitaux entre les Etats membres et entre les Etats membres et les pays tiers sont interdites."

                - Les Etats ne peuvent emprunter de l'argent qu'aux banques privées, pas à la BCE ni aux banques centrales, bien qu'à l'origine c'était là leur rôle. Aujourd'hui, ces banques peuvent prêter aux banques, qui elles peuvent prêter (pour un peu plus cher avidemment) aux Etats et autres institutions: " Il est interdit à la Banque centrale européenne et aux banques centrales des Etats membres, ci-après dénommées 'banques centrales nationales ‘, d’accorder des découverts ou tout autre type de crédit aux institutions, organes ou organismes de la Communauté, aux administrations centrales, aux autorités régionales ou locales, aux autres autorités publiques, aux autres organismes ou entreprises publics des Etats membres; l’acquisition directe, auprès d’eux, par la Banque centrale européenne ou les banques centrales nationales, des instruments de leur dette est également interdite"
                - limitation obligatoire des déficits publics, ce qui aujourd'hui empêche d'investir pour relancer l'économie.
                - la création de monnaie est réservée à la BCE: "
La Banque centrale européenne est seule habilitée à autoriser l’émission de billets de banque en euros dans la Communauté".
                     - la politique de l'emploi se resume à pousser à la flexibilité, à détruire les CDI et le salaire minimum, etc.
                      - un autre, pas mal: on a le "droit à la vie". Youpi. Sauf que, la mort est autorisée dans moult circonstances, comme le cas où "le recours à la force" est "rendu absolument nécessaire", ou bien pour "une arrestationn réguilière ou pour empêcher l'évasion d'une personne détenue", "pour réprimer, conformément à loi, une émeute ou une insurrection".

Bref, je m'arrête là mais en entrant dans le détail, on tomberait carrément dans le glauque.

Voilà donc l'esprit et les grandes lignes de ce magnifique traité qui va tout changer. Quant à la "démocratie", la Commission est toujours seule à avoir l'initiative des lois et textes réglementaires dans de très (et trop) nombreux domaines allant de la concurrence à la santé en passant par la pêche, l'union économique et monétaire ou l'éducation.



Repost 0
Published by Ceri - dans Europeland
commenter cet article
30 novembre 2009 1 30 /11 /novembre /2009 19:05
On le sait bien: la culture et l'esprit critique ne sont plus des qualités recherchées aujourd'hui. Quand on "réforme" les programmes scolaires, c'est toujours pour rogner sur les heures de français, de philo, de science éco et sociales, d'histoire -géo. Evidemment,c es matières permettent d'aboir une vision globale et critique du monde. Et donc de prendre du recul par rapport à la propagande.

Après les suppressions de profs, les diminutions d'heures de cours etc. la destruction de l'enseignement continue. Cette fois-ci, c'est donc l'histoire géo qui est visée: la matière est bien en passe de devenir une simple option pour les élèves de terminale scientifique. La réforme, destinée selon Luc Chatel à "équilibrer" les effectifs des différentes filières, prendra effet à la rentrée 2012.


Bon, moult arguments sont avancés pour justifier cette grandiose idée, mais au final la réalité est que le bagage culturel, déjà maigre, des jeunes de term S sera encore allégé. De plus en plus, les mails envoyés par des ingénieurs et autres très bons techniciens sont proprement incompréhensibles du fait de la synthaxe, de l'orthographe et même du vocabulaire, qui laissent à désirer. De plus en plus, quand on voit débarquer les stagiaires au travail, on est épaté du manque de culture générale, historique, géopolitique, y compris dans des métiers comme le journalisme ou l'enseignement.
C'est simplement dramatique, et ça explique pourquoi les arguments de campagne de sarko ont eu un tel écho dans l'opinion.

Enfin, bref: l'éducation est bien un enjeu. Quand l'ensemble des textes en la matière parle de "compétences" et plus de "savoir", de "connaissances", on comprend l'orientation qui est donnée. Quand on nous rebat les oreilles avec la "formation tout au long de la vie", l'acquisition des fameuses "compétences" pratiques pour être un bon technicien, en 'nayait en vue que l'employabilité sur le "marché du travail", il y a comme un problème.


C'est pour cela que les "sciences économiques et sociales" (SES) sont aussi dans la ligne de mire: mélanger économie et social, quel blasphème pour le patronat. Mettre les deux dans la balance fait apparaître trop clairement que quelque chose ne tourne, en effet, pas rond.

Parce qu'en plus de rogner sur les heures, il s'agit de revoir les programmes, de les vider de toute leur substance pour qu'il en reste quelques points disparates appris par coeur. Comme quand il s'est agi de présenter la colonisation "sous un jour favorable", par exemple, ou quand l'Institut de l'Entreprise, lobbie patronal, propose sa réforme du programme et de l'enseignement des SES.

D'ailleurs, l'European Round Table, lobbie européen des multinationales, a expliqué il y a déjà longtemps à la Commission européenne que les profs d'éco n'avaient une image réaliste de l'entreprise et qu'il fallait refaire les programmes.



Repost 0
Published by Ceri - dans Sarkoland
commenter cet article
30 novembre 2009 1 30 /11 /novembre /2009 12:38

Une petite info, presque anodine: des proches de berlusconi seraient impliqués dans des attentats organisés par la mafia, en 1993. Evidemment, le Cavaliere nie ét s'indigne de ces "attaques"...

On se souvient de deux attentats, à Rome et à Florence, en 1993. Eh bien l'enquête vient d'être rouverte car des liens ont pu être établis entre lesdits attentats et des proches de Berlusconi qui jure ses grands dieux que "Personne n'a fait autant que [lui] contre le crime organisé" et qu'il s'agit là d'une "attaque ignoble". 
Un repenti, Gaspare Spatuzza, aurait ainsi expliqué à la police que Berlusconi et son collaborateur le sénateur Marcello Dell'Utri étaient les interlocuteurs privilégiés de son chef, Giuseppe Graviano, dans le monde politique. En outre, les deux interlocuteurs auraient donné toute satisfaction à Graviano.

Or, Dell'Utri a déjà été condamné, suite à un procès qui a duré sept ans, à neuf ans de prison pour "complicité d'association mafieuse", pour avoir favorisé l'implantation politique de partis favorables à la Cosa Nostra, en l'occurence celui de Berlusconi, Forza Italia, qu'il a crée en 1994. 
Dell utri était en fait le personnage dé référence de la mafia dans le monde politique. Et il a placé auprès de Berlusconi quelques mafieux, comme l'homme d'honneur de la Cosa Nostra, Vittorio Mangano, qui était officiellement palfrenier mais en fait était le garde du corps de la famille Berlusconi, en relation étroite avec la Cosa Nostra. D'ailleurs, Berlusconi l'a soupçonné d'avoir organisé un attentat chez lui pour faire pression, dans les années 80.

Quant à Berlusconi, la mafia lui aurait demandé de lui laisser une de ses chaînes de télé pour éviter le kidnapping d'un de ses enfants.
Et il est entré dès 1978 dans la Loge maçonnique P2 (Propaganda 2), à laquelle appartiennent les pontes italiens en matière politique, économique et mafieuse, avant de développer ses télévisions.

Il semble que dès le début des années 70, quand Berlusconi était seulement un entrepreneur à succès, la Cosa nostra se soit intéressée à lui d'abord pour l'extorquer, puis pour blanchir l'argent du crime dans ses sociétés immobilières. Dans les comptes de Fininvest à l'époque, sa boîte de télé, 113 milliards de lires ont une origine indéterminée par la justice, entre 1973 et 1983.
En 1974, Dell'Utri démissionne d'un poste à palerme pour devenir secrétaire particulier de Berlusconi. 

Le rôle de la mafia a ensuite été de favoriser l'implantation de Forza Italia, contre quelques services, comme assouplir les conditions d'incarcérationdes mafieux, aborger la loi de confiscation de leurs biens, assouplir la notion d' "association mafieuse" etc. Salvatore Cucuzza, un repenti, a confirmé l'existence de ce marché, passé entre dell'Utri et Manzano.

Enfin bref, Berlusconi peut toujours se draper dans sa vertu, les faits sont là. En Italie, la mafia a toujours eu besoin du pouvoir politique. A moins que ce ne soit l'inverse...

Repost 0
Published by Ceri - dans Magouilles
commenter cet article
28 novembre 2009 6 28 /11 /novembre /2009 14:31
Pour rire (jaune) deux minutes, je reprends le site Observatoire de l'Europe, qui a effectué un petit relevé de phrases sortiies par nos politiques au sujet de l'Europe:

Martine AUBRY  (12 septembre 1992, discours à Béthune)

"Comment peut-on dire que l'Europe sera moins sociale demain qu'aujourd'hui ? Alors que ce sera plus d'emplois, plus de protection sociale et moins d'exclusion..."

Jacques DELORS, président de la Commission européenne (1985-1995), Ministre de l'Economie et des Finances (1981-1984) (Conférence à Strasbourg, 7 décembre 1999)

"L'Europe est une construction à allure technocratique et progressant sous l'égide d'une sorte de despotisme doux et éclairé "

Valéry GISCARD D'ESTAING, Président de la République (1974-1981), Président de la Convention pour l'avenir de l'Europe (2001-2003) (RTL, 30 juillet 1992)

"Si le traité [de Maastricht] était en application, finalement la Communauté européenne connaîtrait une croissance économique plus forte, donc un emploi amélioré."

(cité par Le Monde, 14 juin 2007 et le Sunday Telegraph, 1 juillet 2007)   

« Une dernière trouvaille consiste à vouloir conserver une partie des innovations du Traité constitutionnel, et à les camoufler en les faisant éclater en plusieurs textes. Les dispositions les plus innovantes feraient l'objet de simples amendements aux traités de Maastricht et de Nice. Les améliorations techniques seraient regroupées dans un Traité devenu incolore et indolore. L'ensemble de ces textes serait adressé aux Parlements, qui se prononceraient par des votes séparés. Ainsi l'opinion publique serait-elle conduite à adopter, sans le savoir, les dispositions que l'on n'ose pas lui présenter "en direct". 

Johnny HALLYDAY, Chanteur (France Info, 3 mai 2005)

« Si le Non l'emporte, il y aura plein de gens qui quitteront la France. On ne peut pas, nous Français, rester en dehors de l'Europe. Ce serait faire marche arrière, ce ne serait pas bien. Je me sens européen, je suis bien partout en Europe : en Italie, en France, en Espagne, au Maroc... »

Pascal LAMY, Commissaire européen (1999-2004), directeur général de l'OMC depuis 2005
(août 2003)

"Il n'y a pas de raison de financer éternellement l'agriculture européenne. Les Européens doivent apprendre à acheter leur vin en Australie ou en Californie, leur viande en Argentine ou au Mexique, leur blé en Ukraine ou aux Etats-Unis"




Etc.





Repost 0
Published by Ceri - dans Europeland
commenter cet article
23 novembre 2009 1 23 /11 /novembre /2009 19:16
Encore une fois, je reprends l'Humanité. Qui cette fois-ci est tombé sur une circulaire de Besson adressée aux préfets, pour leur donner des consignes en matière d'orientation des débats sur l'identité nationale qui se dérouleront en préfecture. C'est le "guide pour la conduite des débats locaux".


On trouve ainsi la liste des "différents chapitres qu’il est souhaitable d’aborder lors de chaque réunion", à savoir tout un tas de questions toutes plus aberrantes les unes que les autres, avec une odeur nauséabonde de pétainisme, et je le dis en pesant mes mots.
Au début, ça va, mais plus on avance, plus on entre dans la 12ème dimension. Dans le cerveau d'un tordu, probablement:

Parmi ce florilège d'insinuations xénophobes, nationalistes, et pour le moins "vieille France", on trouve des questions comme:
Quel est le rôle de la nation  ?  proposition 1:  Exprimer la souveraineté, sur un territoire et sur un peuple.

Puis, tout un tas de questions sur les immigrés, histoire d'amener les gens à se poser des questions inutiles voire dangereuses sur un sujet qui reste l'un des favoris des extrémistes de droite.
Une question est très pertinente: "Comment éviter l'arrivée sur notre territoire d'étrangers en situation  irrégulière, aux conditions de vie précaires génératrices de désordres divers (travail clandestin, délinquance) et entretenant, dans une partie de la population, des suspicions vis-à-vis de l’ensemble des étrangers". D'autres questions relèvent davantage de la thèse de socio que du questionnaire, par exemple: "l'identité nationale est-elle la somme des identités locales? Qu'est-ce qui différencie l'identité nationale de l'identité locale? Comment s'articulent-elles? Sont-elles concurrentes ou complémentaires?" ou bien "abolir les frontières, est-ce s'ouvrir aux autres?"
Ou des questions ésothériques, comme: "L'identité européenne est-elle la juxtaposition des identités nationales?" ou "Comment mieux réguler la mondialisation sans nation?"


Des questions qui relèvent de l'Histoire, de la géopolitique, de la socio... "Comment la communauté nationale, dans sa diversité, peut-elle se reconnaître un passé assumé?"

Ou des questions biaisées comme toutes les autres, mais particulièrement fielleuses, telles que: "Est-il envisageable de construire un regard partagé sur les évènements les plus problématiques de notre histoire?". Là, mon oreille d'historienne crisse: on ne "construit" pas "un regard partagé" sur les "évènements", mais on se base sur des faits, des éléments, qu'on critique au maximum et qu'on met en perspective avant de se faire une idée desdits "évènements", problématiques ou pas.
Si la Colonisation, l'Inquisition, la Collaboration sont des passages "problématiques", en aucun cas la vision historique ne doit être basée sur des "regards partagés": il y a des faits, des vérités historiques, qu'on ne peut modifier de manière subjective. Je répondrais donc: non, ce n'est pas envisageable.

Mais ma question préférée, en tant que Bretonne, est: "Comment mieux célébrer l'identité nationale?" Laquelle? La mienne? Alors je dirais: en se battant pour la langue et la culture bretonnes, et pour qu'on ne piétine pas systématiquement notre patrimoine historique, naturel, humain... Quant aux célébrations, je laisse ça aux nationalistes.
Mais on a encore: "Comment imposer le respect des symboles de la nation?", qui me fait beaucoup rire: la Marseillaise est un chant guerrier et complètement indigne, le drapeau français n'est pas le mien, les valeurs républicaines sont bafouées par le Chef, comment respecter quoi que ce soit de la France aujourd'hui, à part le combat individuel de nombreuses personnes?

"Comment l'enseignement des symboles nationaux doit-il se faire?" Il ne doit pas se faire, cela ne correspond à rien.
"Comment valoriser la fête nationale du 14 jullet?" Oublie!

Parmi les suggestions miracle, outre le "contrat" à imposer aux immigrés, il y a: "Réaffirmer la fierté d'être Français". Merci, messieurs, de ne pas me demander l'impossible.


Ca rappelle pas quelque chose?
Repost 0
Published by Ceri - dans Sarkoland
commenter cet article
23 novembre 2009 1 23 /11 /novembre /2009 13:18

Rapidement, une brève pour signaler un des derniers buzz du moment: un petit malin se serait amusé à hacker des centres de recherche qui crient au réchauffement climatique à cause de l'homme. Et qu'est-ce qu'on apprend? Qu'il y a eu quelques manipulations des faits pour affirmer que le réchauffement climatique est un danger et qu'il est dû à l'activité humaine.


Personnellement, je ne suis pas scientifique. Mais j'ai fait des études d'histoire, et la thèse orthodoxe du réchauffment climatique me laisse perplexe. On a ainsi appris qu'au Moyen Age, par exemple, les périodes chaudes et froides se sont succédé. On connaît tous le "petit âge glaciaire" au début du XVIIIè siècle, on connaît moins la période très chaude qui a précédé autour du millénaire (on produisait même du vin rouge en Bretagne!). Une période plus chaude qu'aujourd'hui, parfaitement normale, et sans conséquences, appelée 'Optimum climatique Medieval". Bref, tout cela pour dire que le réchauffement climatique n'est pas un scoop, même à l'échelle de la vie humaine.

De fait, il y a comme un engouement des élites internationales pour ce réchauffement climatique qui permet d'imposer moult et moult taxes sur les populations et de diriger le monde au motif qu'on se réchauffe. Pas de bol, la théorie est contestée par de nombreux scientifiques au moins aussi sérieux que les "réchauffistes". Et là, avec ce hacker, on a la preuve que certains manipulent les données pour arriver à la conclusion du réchauffement.

Mais revenons à notre hacker. Il est entré dans les ordinateurs de l'University of East Anglia's Climatic Research Unit (CRU) et du Hadley center, qui travaillent ensemble pour le fameux GIEC (groupe d'experts intergouvernemental sur le climat). Les fichiers ont été déclarés authentiques, semble-t-il, par les "scientifiques"  hackés et par la BBC. Tout est téléchargeable ici (fichier FOI2009). 

Le CRU est le groupe qui a refait les courbes de température depuis plusieurs siècles pour le GIEC, histoire de montrer qu'on chauffe. Pas de bol, encore: certains mails font apparaître que des "scientifiques" ont sciemment manipulé ces courbes en occultant par exemple le réchauffement du moyen âge.

72 documents et 1073 mails ont ainsi été rendus publics.
Un des auteurs de mails explique ainsi "The fact is that we can’t account for the lack of warming at the moment and it is a travesty that we can’t. ": le fait est qu'on ne sait pas expliquer l'absence de réchauffement et c'est ridicule. D'autres mails parlent de limiter le réchauffement du Moyen Age pour qu'on ait davantage l'impression d'un réchauffement aujourd'hui, ou encore de boycotter des revues critiques vis-àvis des théories réchauffistes...
Ainsi, les éléments qui ne vont pas dans leur sens sont tout simplement mis de côté et pas étudiés, d'autres sont exagérés car favorables au réchauffement, et même les personnes qui travaillent sur le sujet ne sont pas certains qu'il y ait bien un réchauffement, et ils sont encore moins certains que ce réchauffement soit dû à l'activité humaine.

Une grande partie des mails sont disponibles ici. Alors qu'en Angleterre, les infos doivent être publiques, on apprend ainsi qu'un des chefs de recherche au CRU voulait effacer les infos plutôt que des les divulguer, qu'un autre comptait appeler la BBC pour savoir pourquoi un reportage un peu sceptique avait été diffusé. Ou que ces messieurs veulent absolument éviter de divulguer leurs données, à tel point qu'il a été question d'effacer tous les mails échangés et de faire comme s'ils allaient tous être rendus publics pour éviter que certains n'y balancent des infos trop croustillantes.
L'un d'eux explique ainsi qu'il ne publiera plus dans la revue Royal Met Soc qui avait osé lui demander ses données intermédiaires. Un autre évoque les "pressions" pour sortir une courbe de "prétendu réchauffement sans précédent depuis mille ans donné par les données indirectes" et ajoute que la période actuelle est similaire à la période autour de l'an 1000. Puis c'est la façon de "corriger le problème avec les températures de surface des mers dans le contexte de renforcer artificiellement le réchauffement mais de manière plausible" qui les occupe.

Enfin bref, l'escroquerie devient une évidence.


Repost 0
Published by Ceri - dans Magouilles
commenter cet article

Présentation

  • : 2 minutes de pause
  • 2 minutes de pause
  • : Suivi engagé de l'actualité par une journaliste énervée
  • Contact

Recherche

Liens